rubon12 99180 adhesions v2

facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

En Normandie, les nids-de-poule sont nombreux sur les routes fréquentées en période hivernale. Pour améliorer la situation, l'État planche sur des solutions.

Nid de poule Rouen 854x638

Les routes se dégradent en hiver en Normandie, notamment à Rouen (Seine-Maritime). Comment faire pour lutter contre ce fléau ? (©Julien Sureau)

 

En Normandie, on ne compte plus les nids-de-poule sur les routes les plus fréquentées, surtout en période hivernale. À Rouen (Seine-Maritime), la Fédération française des motards en colère (FFMC) de Seine-Maritime alerte régulièrement les autorités sur l’état des routes en hiver :

Ce n’est pas pire à Rouen qu’ailleurs mais l’état des routes en hiver se dégrade sérieusement, souligne Gwenaël Lamoureux, le coordinateur FFMC 76. J’ai même changé de moto pour rouler à Rouen. C’est plus confortable en moto trail sur les routes abîmés.

 

Un numéro spécial à Rouen

 

Les motards pointent du doigt les « nids-de-poule » qui se forment en hiver avec l’action du gel et du dégel, les routes craquelées et réparées « avec des jointures qui glissent », « des routes qui ne sont pas planes »…

LIRE AUSSI : Carte interactive. L’enfer des nids-de-poule à Rouen

 

La Ville de Rouen en a conscience et elle a mis en place un numéro spécial Allô Rouen Services publics pour permettre aux usagers de la route de prévenir d’un nid-de-poule ou d’un quelconque problème sur la voirie.

 

Une vignette pour financer les routes ?

 

Le gouvernement planche aussi sur l’état des routes. Selon Le Parisien , Élisabeth Borne, ministre des Transports, a créé un groupe d’experts chargés d’évaluer le réseau routier français et de trouver des sources de financement pour son entretien. La vignette serait, toujours selon Le Parisien, l’un des outils envisagés dans un rapport remis en janvier 2018.

LIRE AUSSI : Sécurité routière. Moins de morts mais plus d’accidents sur les routes de Normandie en novembre

 

Une information démentie par un porte-parole du ministère des Transports, contacté par l’Agence France Presse. « Il n’a jamais été envisagé d’instaurer une vignette sur les automobilistes », a-t-il indiqué.

D’autres moyens de financement sont cependant à l’étude, notamment augmenter la taxe sur l’essence ou facturer au kilomètre la circulation des camions et des voitures.

 

Une application mobile « J’ai mal à ma route »

 

 L’association « 40 millions d’automobilistes » a lancé le 18 décembre 2017 l’application mobile « J’ai mal à ma route ». L’objectif ? Permettre aux usagers de la route de faire remonter, en quelques instants, les dégradations et les dangers présents sur le réseau routier auprès des collectivités, afin que les travaux nécessaires soient entrepris.


L’application fonctionne avec la géolocalisation : lorsque l’utilisateur est sur le lieu d’un danger ou d’une dégradation, il lui suffit de sélectionner la nature de son signalement, d’en définir la dangerosité et d’ajouter, si possible, une photo de la dégradation avec une description. La géolocalisation se charge de définir la position précise du point signalé avant d’envoyer le signalement aux autorités compétentes.


« L’association se tient à la disposition des collectivités pour discuter des solutions à envisager afin de résoudre les signalements qui leur sont envoyés par les usagers », conclut Daniel Quéro, président de l’association.