adhesions v2

facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

Un bon moment avec le sujet, vidéo en fin d’article…

 

[ Source : SudOuest.fr ]

 

une trottinette en libre service laissee au milieu d un trottoir a bordeaux lance en septembre ce nouveau mode de transport devrait etre bientot reglemente

Prises de court par l’arrivée des trottinettes électriques en libre-service, les grandes villes espagnoles contre-attaquent.

Elles ont débarqué cet été, révolutionnant la mobilité urbaine mais exaspérant piétons et automobilistes. Dans les rues de Madrid, les quelques centaines de trottinettes de la start-up californienne Lime – présentes aussi à Bordeaux depuis septembre – provoquent tout sauf l’indifférence.

Madrid y réfléchit

Leurs usagers, qui les débloquent grâce à une application sur leur smartphone, "ne respectent rien, rien. Il faut des règles. C’est une folie. Ils se mettent sur les voies de bus ou de taxis. Ils traversent devant les voitures", tempête Fernando Sobrino, chauffeur de taxi de 59 ans.

Et "ils vont sur les trottoirs sans aucun contrôle", abonde un piéton, José Manuel, commercial de 55 ans qui dénonce le "danger de se faire rentrer dedans ou de prendre un coup comme cela a failli m’arriver l’autre jour".

L’irruption de ce nouveau mode de transport a en tout cas pris de court les grandes villes espagnoles. À Madrid, c’est le flou juridique, aucune règle précise n’existant pour encadrer l’utilisation des trottinettes. Celles de Lime, qui a enregistré plus de 100 000 utilisations en un mois et demi, y sont tolérées.

Mais la municipalité de gauche va adopter d’ici peu un nouveau plan de mobilité urbaine incluant des règles spécifiques de circulation pour les nouveaux moyens de transport comme les trottinettes. 

Interdites à Barcelone et Valence

Barcelone, elle, encadre déjà l’utilisation des trottinettes appartenant à des particuliers : la circulation y est interdite sur les trottoirs et seules les trottinettes les plus puissantes ont le droit de circuler sur la chaussée.

Dans la métropole catalane, débordée par le tourisme de masse, le modèle de la trottinette en "libre-service" est en revanche totalement interdit, toute personne payant pour utiliser une trottinette électrique devant être accompagné d’un guide, comme le sont les utilisateurs de gyropodes. Résultat, les trottinettes déposées par la société allemande Wind fin août ont été retirées au bout de quelques heures par la police barcelonaise.

>> A lire aussi : Trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards… où peuvent-ils rouler ?

Près de Barcelone, la municipalité de L’Hospitalet de Llobregat a elle interdit à Lime de s’implanter.

Même scénario à Valence, ville connue pour son réseau étendu de pistes cyclables, où Lime avait déployé ses trottinettes fin août sans autorisation préalable de la municipalité, qui exige une licence pour exercer une activité économique sur la voie publique. Les trottinettes ont donc été retirées et une sanction financière a été infligée à la société américaine qui tente désormais de dialoguer avec la mairie et a même proposé de payer une taxe pour avoir le droit d’opérer.

"Qu’on sache où aller et où ne pas aller"

Alvaro Salvat, représentant de Lime en Espagne, regrette l’absence de réglementation spécifique pour les trottinettes électriques à Madrid et dans une grande partie des villes espagnoles. "Nous sommes les premiers à en demander une pour nos usagers, pour les habitants, afin que l’on sache où aller et où ne pas aller", fait-il valoir.

En France, la question de la réglementation est aussi une préoccupation. Des discussions sont en cours au niveau national et des normes sont attendues pour la fin de l’année. 

Présentes à Paris, Bordeaux, Vienne ou Zurich, les trottinettes de Lime changent le paysage de la mobilité, parallèlement aux vélos électriques et aux scooters électriques en libre-service. Pour ou contre ? L’occasion d’en sourire avec la chronique de Guillaume Meurice sur France Inter.

 

 

 

 

Extrait : « Elisabeth Borne, avait déjà exprimé le souhait de voir apparaître de tels péages, sur le même principe qu'à Londres ou à Milan, en levant les restrictions qui figurent aujourd'hui dans la législation » : bref, on fait sauter Crit’Air pour engranger un péage…

Info relayée par à peu près toute la presse… dont une réflexion intéressante dans Les Echos (cf . Partie de droite de cet article)

 

 [ Source : Challenges.fr ]

Les grandes villes vont être autorisées à créer des péages urbains

cover r4x3w1000 5bc74f3631e1a peage de saint arnoult yvelines l an dernier les

Le gouvernement s'apprête à faciliter la création de péages urbains dans les grandes agglomérations. La mesure est potentiellement explosive. 

Allez-vous devoir bientôt être taxé pour avoir le droit d'atteindre le centre-ville de votre agglomération ? Le gouvernement s'apprête en tout cas à faciliter la création de péages urbains dans les grandes agglomérations avec un tarif plafonné à cinq euros pour les voitures particulières et les utilitaires commerciaux, selon une version de l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités publiée mercredi par le site d'information Contexte.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait déjà exprimé le souhait de voir apparaître de tels péages, sur le même principe qu'à Londres ou à Milan, en levant les restrictions qui figurent aujourd'hui dans la législation. Très attendue par les professionnels des transports mais reportée plusieurs fois depuis le premier semestre, la loi d'orientation des mobilités devrait être présentée en novembre, selon le dernier calendrier donné par le gouvernement.

"Une mesure de ségrégation"

"Dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants, une taxation des déplacements effectués au moyen de véhicules terrestres à moteur, dénommée 'tarif de congestion', peut être instituée par l'autorité organisatrice de la mobilité", est-il écrit dans l'un des articles. Ces péages ont pour objectifs de "limiter la circulation automobile et lutter contre la pollution et les nuisances environnementales". L'argent ainsi récolté ira aux collectivités locales, qui seront libres de définir le périmètre des zones soumises à péage et les tarifs.

L'avant-projet prévoit toutefois un plafond, fixé pour les véhicules légers à 2,50 euros dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants et à cinq euros dans les villes de plus de 500.000 habitants, avec la possibilité d'instaurer des forfaits. Les personnes vivant ou travaillant à l'intérieur des zones de péage pourront éventuellement être exemptées ou bénéficier de réductions. 

La mesure est potentiellement explosive. Certes, le péage urbain est présenté par les spécialistes des transports comme l'un des seuls moyens efficaces pour réduire la congestion et la pollution. Mais cette solution est finalement toujours repoussée par les décisionnaires à cause de son aspect supposément pénalisant pour les habitants des banlieues. A Paris Anne Hidalgo, s'est à plusieurs reprises prononcée contre ce dispositif à l'entrée de la capitale, estimant qu'il s'agirait d'une "mesure de ségrégation, de cloisonnement et de punition pour les habitants de la métropole parisienne".

 

Seul Lille envisage aujourd'hui la mise en place d'un péage urbain, mais inversé : les utilisateurs qui éviteraient d'utiliser leur véhicule en heure de pointe, se verront rémunérer de 1 à 2 euros par trajet. 

(Avec AFP)

 

[  Source : Les Echos ]

Pour le péage urbain

2214499 pour le peage urbain web tete 0302428186523

Dans la boîte à outils de la lutte contre la congestion et la pollution urbaines, le péage est l'outil le plus efficace. A condition de l'inscrire dans un projet ambitieux d'investissements pour la mobilité.

La loi devrait bientôt autoriser le péage urbain dans les grandes villes françaises. C'est une bonne nouvelle. Il y a trop de voitures dans les centres urbains, trop de bouchons. Cette saturation a deux effets catastrophiques. Elle engendre une pollution qui tue des milliers de femmes et d'hommes par an. Et elle fait perdre des millions d'heures à tous ceux qui sont prisonniers de longues heures des voitures, des camionnettes, des bus. Pollution et congestion sont devenues les deux fléaux de la mobilité urbaine.

Interdictions contournées

L'augmentation des voies de circulation, pratiquée jusque dans les années 1980, a attiré encore plus de voitures. Leur diminution, appliquée avec zèle dans une ville comme Paris, a encore accru la congestion avec des effets discutables sur la pollution. L'interdiction des voitures les plus polluantes est peu efficace et injuste. Les propriétaires de ces véhicules anciens sont logiquement les Français les moins aisés. Et une voiture électrique prend autant de place qu'une voiture diesel.

D'autres formes d'interdiction, fondées par exemple sur les plaques d'immatriculation (les numéros pairs autorisés à circuler seulement les jours pairs) sont relativement peu efficaces et largement contournées.

Comme le montrent de nombreux exemples étrangers, le péage est l'instrument le plus performant pour lutter à la fois contre la congestion et la pollution. Singapour a ouvert la voie en 1975. Bien d'autres villes ont suivi, dans des pays du sud de l'Europe comme du nord, dans des pays de tradition libérale et d'autres de tradition plus sociale-démocrate.  Londres a montré les limites d'un système cher et resserré sur l'hypercentre.  Stockholm a prouvé l'utilité d'un système moins coûteux sur une aire plus vaste.

 

Tarif plafonné à 2,50 euros

Dans  une note publiée récemment par la Fondation pour l'innovation politique, le consultant Jean Coldefy préconise ce dernier type de tarification, assorti d'exonérations pour les faibles revenus. Le projet de loi d'orientation des mobilités semble choisir cette direction, avec un tarif plafonné à 2,50 euros (5 euros dans les plus grandes villes, contre plus de 20 euros à Londres).

Le péage urbain est une bonne solution... à condition d'être une composante d'un vaste projet. L'argent doit impérativement être fléché vers les investissements indispensables pour améliorer les mobilités urbaines : développement des transports en commun bien sûr, mais aussi outils de gestion du trafic, construction de voies réservées et de pistes cyclables, parc-relais à l'entrée des agglomérations, système unique de paiement... Il ne suffit pas de faire rentrer l'argent pour améliorer la mobilité urbaine. Il faut aussi savoir le dépenser.

Jean-Marc Vittori
@jmvittori

 

[ Source : bfmtv ]

La dernière version du projet de loi d’orientation des mobilités ne fait pas l'impasse sur les vélos. Le texte s'inspire du plan vélo qui proposait un marquage d'identification des bicyclettes.